Connect with us

Actualité

Ils veulent poursuivre en justice les non-vaccinés pour « homicide involontaire »

Jusqu’où peut-on aller pour sortir de cette crise ? Faut-il faire porter la responsabilité à ceux qui s’obstinent à ne pas vouloir du vaccin ? Certains pensent que nous pouvons les envoyer devant les tribunaux. C’est le cas d’un médecin et d’un avocat qui ont publié un long texte dans le Parisien.

Publié il y a

le

Sommes-nous en train d’aller beaucoup trop loin ? Un médecin et un avocat demande dans un article que les non vaccinés soient responsables pénalement si ils transmettent le covid à quelqu’un. C’est ce qu’on peut lire dans une tribune du Parisien.

Le professeur en hématologie David Smadja et l’avocat Benjamin Fellous ont publié conjointement une tribune dans laquelle il demande plus de sévérité contre les non vaccinés.

La démarche des deux hommes ne risquent pas de calmer la société française qui est de plus en plus divisée.

De nos jours, les prises de parole qu’elles viennent des antivax ou des pro-vaccins sont devenues extrêmes et ultra-violentes sur les réseaux sociaux. Pas un jour ne passe sans que nous voyons passer des propos nauséabonds…

Une tribune pour engager la responsabilité pénale des antivax

C’est dans les colonnes du Parisien que David Smadja et Benjamin Fellous ont décidé de s’exprimer et demander plus de sévérité.

Dans cette nouvelle tribune, les deux hommes militent pour ce qu’il y ait un risque pénal contre celles et ceux qui refusent la vaccination et qui contaminent les autres avec le virus.

Si ils se demandent ça, c’est qu’ils estiment anormal qu’Agnès Buzyn soient attaquées en justice pour l’affaire des masques, mais que ceux qui transmettent le virus ne risquent rien à l’heure actuelle.

Ils aimeraient également que les créateurs de fakes news soient traduits devant la justice pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Comme exemple, ils prennent le cas du VIH.

Une personne contaminée par ce virus et qui le transmet sciemment à son partenaire peut être poursuivi pour « administration de substance nuisible ».

Toujours dans le cas du VIH, en cas de transmission, le coupable risque dix ans de prison et une amende de 150 000 euros. En cas de transmission à un conjoint, la peine passe à 15 ans de prison et est jugée aux Assises…

En citant cet exemple, l’avocat Benjamin Fellous veut nous dire que l’arsenal judiciaire existe déjà et qu’il peut être applicable chez les personnes qui refusent la vaccination.

Une condamnation par la loi possible qu’en cas d’obligation vaccinale

Les délits comme « mise en danger de la vie d’autrui » ne seraient applicables à celles et ceux qui refusent la vaccinations seulement si le gouvernement prenait la décision de rendre obligatoire le vaccin.

Pour rappel, ce n’est pas du tout la ligne qu’il compte suivre pour le moment puisqu’il vient tout juste de transformer le Pass sanitaire en Pass vaccinal.

A noter pour finir que si David Smadja et l’avocat Benjamin Fellous ont décidé de publier cette tribune, c’est car :

« Il y a des déprogrammations de prise en charge à l’hôpital pour cause de non vaccinés qui, notamment, occupent des lits et mobilisent le personnel hospitalier ! »

C’est ce qui est précisé à la fin de l’article du Parisien, consultable ici.

Etes vous d’accord avec cette tribune ? Pensez-vous qu’il faut condamner ce petit groupe qui refuse d’être vacciné ?

1 participation

1 participation

  1. Mickaël

    15 janvier 2022 at 5 h 35 min

    Je pense qu’il faut faire enfermer cet avocat et ce médecin pour désinformation et mise en danger de la vie d’autrui…

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *