Restez connecté avec nous

Actualité

Après le ministère de la santé, Agnès Buzyn intègre l’OMS

Le jour d’après. Agnès Buzyn a un nouveau travail. L’ancienne femme politique va travailler pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Elle sera notamment chargée des relations avec la fondation Bill Gates et avec l’ONU.

Publié il y a

le

Agnès Buzyn lors de sa prise de fonction en tant que ministre

Agnès Buzyn, perdante à la mairie de Paris et ancienne ministre de la santé va rejoindre Genève pour travailler avec l’Organisation Mondiale de la Santé. Une nouvelle qui agace aussi bien les internautes que certains responsables politiques…

L’ancienne ministre de la santé avait géré le tout début de la pandémie du covid19 avant d’être remplacée par Olivier Veran. Après une campagne ratée où elle visait le poste de maire de Paris, Agnès Buzyn a annoncé au magazine l’Opinion qu’elle rejoignait l’OMS. Dans ce nouveau poste, l’ancienne ministre sera chargée des « affaires multilatérales ». Concrètement, elle devra représenter l’organisation internationale auprès du G7, de l’Organisation des Nations Unis et de la fondation du milliardaire Bill Gates.

Pour occuper ses nouvelles fonctions, la candidate perdante à la mairie de Paris a démissionné de son poste de conseillère du 17ème arrondissement de Paris afin de rejoindre la capitale Suisse Genève. Pas une grosse perte, puisque la femme politique n’a jamais réellement pris ce poste au sérieux. La raison ? Après sa lourde défaite et le faible nombre de voix qu’elle avait réussi à décrocher lors de l’élection, elle ne pouvait pas siéger au conseil de Paris.

L’ex ministre de la santé va donc avoir de nouvelles fonctions chez nos amis Suisses. Cependant, elle n’exclue pas de revenir un jour dans la politique. Elle a expliqué dans un long entretien à l’Opinion :

« J’ai quitté un très beau poste pour faire de la politique, ce n’est pas pour arrêter de sitôt”

Avant ses fonctions politiques auprès du gouvernement d’Emmanuel Macron, elle avait dirigé l’INCA (Institut National Du Cancer) ainsi que la Haute Autorité de santé.

Sur Twitter, les réactions sont plus qu’agacées. Les internautes se demandent pourquoi l’OMS lui confie un tel poste alors « qu’elle a été très mauvaise dans la gestion de la crise sanitaire ». D’autres soulignent que nous vivons dans une médiocratie, le régime du pire où les perdants trouvent toujours une place…