Connect with us

Santé

Trop de viande rouge augmente le risque de cancer colorectal

Si votre mode d’alimentation est riche en viande rouge et transformée, il est peut-être temps de faire quelques ajustements si vous ne voulez prendre aucun risque pour votre santé.

Publié il y a

le

Danger viande rouge

La viande rouge – comme le bœuf, l’agneau et le porc – est une bonne source de protéines, de vitamines et de minéraux, et peut faire partie d’un régime équilibré. Mais comme la plupart des aliments ou boissons que nous consommons, il faut éviter d’en abuser.

Ce mardi 22 juin, nous avons appris dans une étude américaine que consommer non modérément de la viande rouge ou transformée augmente le risque de cancer de l’intestin (colorectal).

Par la même occasion, elle peut aussi aggraver une maladie telle que Crohn ou la RCH. Il faut donc faire très attention à ne pas trop en consommer…

« Le lien entre certains types de viande et certaines formes de cancer, notamment le cancer du côlon, n’est pas nouveau », explique l’oncologue Alok Khorana. Il ajoute : « Les preuves scientifiques s’accumulent depuis des décennies ».

Réduire sa consommation

Aujourd’hui, de nombreux spécialistes recommandent aux français qui mangent plus de 90 g de viande rouge et transformée par jour de réduire leur consommation à 70 g ou moins. Consultez donc les emballages de vos produits pour savoir le nombre de grammes que vous allez ingérer. En faisant attention, cela pourrait contribuer à réduire votre risque de cancer de l’intestin. N’hésitez donc pas à varier vos repas avec de la viande blanche comme du poulet ou encore de la dinde si vous avez besoin d’avoir des protéines et des vitamines essentielles. Bien entendu, cela ne suffit pas. Il faut aussi choisir un mode de vie plus sain avec une activité physique.

Liste des viandes rouges et viandes transformées

La viande rouge : Il y a le bœuf, l’agneau et le mouton, le porc, le veau ou encore la chèvre.

La viande transformée : C’est une viande qui a été conservée par fumage, salaison, salage ou ajout de conservateurs. Elle comprend : Le saucisson, les saucisses, le bacon, le jambon, les pâtés et l’ensemble des charcuteries comme le salami par exemple.

A noter que la viande transformée est la pire. Les experts ont depuis longtemps mis en garde contre les dangers de certains produits chimiques utilisés pour saler la viande, comme les nitrites et les nitrates. Ces conservateurs se transforment en composés cancérigènes. Les preuves recueillies jusqu’à présent suggèrent que c’est probablement la transformation de la viande, ou les produits chimiques naturellement présents dans celle-ci, qui augmentent le risque de cancer.

« Les viandes transformées entrent dans la même catégorie que la cigarette pour le cancer du poumon », explique le Dr Khorana.

Combien de grammes sont recommandés pour un adulte ?

Si vous mangez plus de 90 g de viande rouge ou transformée par jour, il est recommandé de réduire votre consommation à 70 g ou moins par jour.

Pour ce faire, vous pouvez manger de plus petites portions. Vous pouvez également choisir des alternatives comme le poulet, le canard, le lapin ou encore l’oie.

La seule chose que vous devez garder en tête, c’est que vous ne devez absolument pas dépassé les 70 grammes si vous voulez être en bonne santé.

Pour ma part, j’essaye d’avoir deux jours sans viande chaque semaine. A la place, je prends du poisson ou des crustacés. Il m’arrive aussi de faire un repas végétarien, mais je ne vous cache pas que c’est beaucoup plus rare.

Une nouvelle étude alerte sur la surconsommation

Manger moins de viande rouge est un conseil médical standard pour prévenir le cancer colorectal, mais la façon dont elle provoque la mutation des cellules n’était pas claire, et tous les experts n’étaient pas convaincus de l’existence d’un lien étroit.

Mais aujourd’hui, les scientifiques en sont convaincus. En effet, dans un nouvel article paru dans la revue médicale Cancer Discovery, nous apprenons que les médecins ont réussi à identifier des modèles spécifiques de dommages à l’ADN déclenchés par des régimes riches en viande rouge. C’est plutôt une très bonne nouvelle pour deux raisons. La première, c’est que le lien est clairement établi entre abus de viandes rouges et cancers. La deuxième, c’est que grâce à ce travail, les scientifiques auront dans un futur proche la possibilité de détecter le cancer à un stade précoce. Ils auront aussi l’opportunité de concevoir de nouveaux traitements.

Ouvrir l'espace de discussion

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *