Restez connecté avec nous

Culture

Pourquoi suis-je obligé de travailler le 1er novembre ?

L’article L.3133-1 du Code du travail désigne la Toussaint comme une fête légale. Bien qu’il s’agisse d’un jour férié, l’article L.3133-4 du Code du travail n’impose pas qu’il soit chômé, comme le 1er mai. Nous rentrons dans les détails dans l’article disponible ci-dessous !

Publié il y a

le

Pour répondre à cette question, nous avons été voir ce qu’il en est dans le code du travail

L’un des onze jours que le code du travail français désigne comme jour férié légal est la Toussaint.

Comme vous le savez, bien qu’étant un jour férié, il n’est pas obligatoirement chômé.

Pour faire simple, c’est votre employeur qui décide si il va vous faire travailler ou non.

Le fait d’aller au travail à la Toussaint dépend également des politiques et des conventions collectives de chaque entreprise. Lisez ce qui suit !

La Toussaint est un jour férié courant, pas forcément chômé

Oui ! Les employés peuvent être appelés à travailler à la Toussaint si les conventions ne disent pas le contraire, puisque l’employeur est autorisé à le faire par la loi. C’est la raison pour laquelle de nombreux magasins sont ouverts le 1er novembre.

Notez que le refus de travailler d’un salarié pendant cette date est considérée comme une absence irrégulière, ce qui permet à l’employeur de déduire le salaire des heures non travaillées. Il peut également vous adresser un blâme.

Certains français ne travaillent pas

Les plus chanceux d’entre nous ne travaillent pas le premier jour de Novembre.

D’ailleurs, plusieurs entreprises accordent à ses travailleurs un jour de pont, même si la loi ne l’exige pas.

Si le 1er novembre tombe un mardi, par exemple, le jour de pont peut être approuvé pour le 31 octobre, le lundi.

Avec le week-end, cela fait donc 4 jours de repos pour l’employé.

L’exception à la règle

Malgré le fait que la Toussaint soit un jour férié qui peut être travaillé, il existe des exceptions légales. C’est toujours le cas en France…

Les jeunes salariés et apprentis ne sont pas autorisés à travailler les jours fériés ordinaires (article L.3164-6).

Par conséquent, il est donc interdit aux jeunes travailleurs de moins de 18 ans de travailler les jours fériés légalement reconnus, même s’il ne s’agit que de tâches légères.

Une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 € peut être infligée en cas de violation des règles relatives à l’emploi des jeunes les jours fériés.

Mais plusieurs secteurs autorisent les jeunes employés à bosser les jours fériés. Les secteurs de l’hôtellerie, de la boulangerie, de la boucherie et du divertissement en font partie.